http://leicastoreparis.org/expedition-explorasons-deuxieme-partie/

 

Le courage de l’aventurier

Réveil vers 6h au son de la pluie  et des rafales de vent qui déferlent sur la tente. Attente. Si ça ne se calme pas nous risquons de passer plus de temps que prévu sous la tente. Vers 7h30 tout s’arrête et une demi-heure plus tard, le soleil fait son entrée. Pas de doute, nous sommes bien en Terre de Feu. Nous voici au bord d’une rivière, le vent souffle à 28km/h. Le Nagra enregistre, alimenté en direct par le panneau solaire.

Pliage de la tente et passage à gué dans l’eau glacée que nous traversons. Le courant est relativement fort et l’eau atteint nos hanches. Nous nous enfonçons ensuite dans des buissons épineux. Pas la moindre trace de chemin. Toute la journée nous alternerons les forêts denses quasi-impénétrables, les tourbières, et les mousses dans lesquelles nous nous enlisons d’une bonne vingtaine de centimètres à chaque pas. Notre trajet s’avère beaucoup plus long que nous l’imaginions. Vers 17h30-18h, l’heure où s’amplifient les brusques changements climatiques, nous nous résignons à trouver un lieu de bivouac au plus vite. Encore un ruisseau trop large à traverser pour atteindre la rive souhaitée. Quelques minutes plus tard nous trouvons enfin un emplacement privilégié pour la nuit, à l’abri du vent.

Cette deuxième journée a été rude. Nous avons peiné à nous frayer un chemin sur ce terrain accidenté garni de broussailles, marécages, épineux et forêts ravagées par les castors et les tempêtes. Notre journée a été également marquée par de brutaux changements de température, vent et précipitations qui ne facilitaient en rien notre évolution.

Je réalise qu’une télécommande externe pour le Nagra LB me permettrait de déclencher les enregistrements plus facilement sans avoir à sortir l’appareil du sac à dos. Pour le moment, je charge et décharge le matériel du sac en fonction des conditions climatiques, ce qui ne facilite pas mon entreprise. Je devrai donc chercher des solutions plus ergonomiques pour assurer un rendu optimal sans avoir à m’imposer de telles manœuvres récurrentes.

Faire le choix de la sagesse

Le lendemain matin, nous nous réveillons sous le crachin puis le grésil fuégien… Je réalise quelques enregistrements avant que la pluie me contraigne à tout ranger à l’abri. Nousreprenons notre marche sur les mousses rouges gorgées d’eau qui recouvrent l’immensité du fond de la vallée Carrabajal. Aucune trace, pas le moindre semblant de chemin. Les sommets disparaissent progressivement sous une chape de plomb de nuages gris foncé.

Après deux heures de marche, nous avançons à l’aveugle et nous enfonçons de plus en plus dans une dense forêt de lengas(hêtres fuégiens). Le terrain est glissant et pentu, les troncs cèdent sous le pied, rongés par l’humidité et/ou un champignon en plein cœur.

Après plus de trois heures trente de marche, nous nous arrêtons plus longuement pour faire le point. Depuis notre départ nous recherchons inlassablement l’ouverture menant à la vallée suivante, afin d’atteindre en soirée la baie des Reines (Bahia de Los Renos). Je ne vois aucun passage favorable parmi cet enfer vert, sombre, humide, froid et épuisant. Les obstacles ne font que s’amplifier et nous perdons les repères précieux des sommets environnants pour avancer. Si nous ne parvenons pas le soir même au deuxième lac de la partie nord de notre périple, nous risquons de ne pas avoir assez de nourriture.

Soudain, un renard de Magellan fait discrètement son apparition. Il se rapproche de nous, remplie de curiosité à l’égard d’humains qu’il ne voit plus depuis longtemps. Il reste à proximité, intrigué. Je réalise que je suis en tête à tête avec un animal sauvage, complètement isolé et étranger à l’être humain.

Après son départ, c’est avec regrets que nous prenons la décision de faire demi-tour, en privilégiant notre sécurité. Les heures suivantes seront encore pires que les autres. Lugubre, hostile, inhospitalière, la vallée Carrabajal nous fait une terrible démonstration. Cette fois, je saisis pleinement la teneur des témoignages de Charles Darwin, Francisco Coloane et Pedro Sarmiento de Gamboa lus auparavant.

À 15h30 nous trouvons un endroit propice où planter notre tente. Il est tôt et il fait 6°C. La faune se fait entendre : perruches australes (Enicognathus ferrugineus), oies communes, hirondelles, canards vapeur, rapaces et autres oiseaux de taille moyenne.

Vers 19h30, après de nombreux relevés et quelques longs moments passés dans la tente à l’abri des intempéries, nous dînons. Il fait 4°C. Le vent fait régulièrement descendre la température ressentie autour de 0°C. Nous avons perdu plus de 10°C en moins de vingt-quatre heures et nous ne pouvons pas nous fier au baromètre, conscients que pour lui aussi tout change trop vite. La pluie déferle au loin, poussée par les violentes bourrasques.

Après une bonne nuit la tente a pu sécher un peu. Il fait beau pour la région : pluie fine par intermittence et percées de rayons de soleil à travers de grosses nappes de nuages gris multi-tons. Je réalise quelques clichés et enregistrements avant que nous reprenions notre route.

Les différents acteurs du temps estival fuégien jouent avec nos panoplies d’aventuriers : soleil, rafales de vent, pluie, grésil, disparition suivie de réapparition du vent pour de courts laps de temps… Nous n’en finissons pas de nous habiller et déshabiller. À 23h le ciel est clair et dégagé, il n’y a pas de vent et il fait 7°C. Je découvre alors pour la première fois les étoiles de l’hémisphère sud qui apparaissent progressivement au-dessus des sommets vierges de cette vallée sauvage. Les oiseaux nocturnes et le crépitement du feu interrompent le mouvement ininterrompu du flot de la rivière toute proche. Nous sommes conscients de vivre un moment unique : au coin du feu, dans l’un des endroits les plus inhospitaliers de la planète. Je pense très fort aux Indiens Selk’nam pour qui le feu aussi était si important. Sa chaleur, son odeur et sa douce lumière apportent un véritable apaisement, une sorte de bonheur primitif que j’imagine universellement perçu. Dans les contrées hostiles où la nature se montre rarement clémente, la solitude n’a pas sa place sur de longs termes.

Le jour suivant, la température est surprenante. Il fait 35°C dans la tente mais le vent et la pluie nous force à rester durant toute la matinée dans l’abside avant de la tente. Je dessine et rédige le récit de la journée précédente dans mon carnet.

Dans l’après-midi je m’installe calmement dans un coin pour réaliser des relevés, enregistrements et photographies dans les environs et reécouter des enregistrements d’archives de chants chamaniques selk’nam. En soirée les conditions climatiques changent à nouveau, le vent augmente sensiblement et fait tournoyer les étincelles du feu. Nous relevons des rafales à plus de 40km/h « à l’abri ». Les nuages se regroupent sur les sommets face à nous, une véritable tempête se prépare.

À la tombée de la nuit nous fermons la tente, accompagnés du son des violentes rafales. Les oiseaux nocturnes restent silencieux, pas un seul ne s’exprimera ce soir. Les arbres proches grincent, prêts à céder.

Au réveil nous découvrons avec surprise un énorme tronc d’arbre tombé à une vingtaine de mètres de notre tente. Perçu en bonne santé, son cœur était pourtant ravagé par le fameux champignon doué d’une discrétion totale. Impossible de prévoir sa chute. Il fait beau, plutôt chaud (12°C) et le vent chasse les nuages.

Le campement levé, des photographies, phonographies et relevés réalisés, nous prenons la direction de Mosca Loca, à 3 heures de marche. Le chemin se réalise sans peine. Nous traversons l’estancia et arrivons enfin au bord de la Ruta 3 qui nous menera de nouveau à Ushuaia.

La prochaine étape

Lors de ce second trek de 8 jours d’autonomie, nous sillonnerons dans un premier temps d’anciens territoires yahgan (Wakimaala puis Utamaala) en reliant Ushuaia et l’estancia Harberton, par la côte nord du canal de Beagle. L’estancia Harberton a été fondée par Thomas Bridges, l’auteur du dictionnaire anglais-yahgan et qui fût l’un des porte-paroles majeur des Indiens Yahgan. Il sera également le premier à établir des contacts amicaux avec les Indiens Selk’nam résidant plus au nord, après les montagnes de la Sierra Lucas Bridges. C’est donc sur ses pas que nous réaliserons la traversée de la Sierra Bridges pour arriver à l’estancia la Porfiada située au bord du lac Fagnano, autrefois appelé Kami par les Indiens Selk’nam.